,

Audi talents awards Marion Pinaffo & Raphaël Pluvinage

« Papier Machine »

03 mai › 14 mai

11:00 › 18:00
 

MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS

107 Rue de Rivoli - 75 001 Paris
(M) Palais Royal - Musée du Louvre

VERNISSAGE PUBLIC
Le mardi 2 mai : 19h30 - 21h

NOCTURNES
Les jeudis 4 et 11 mai : 11h - 21h

EXPOSITION
Du 3 au 14 mai 2017
Du mardi au dimanche : 11h - 18h

Fermé le lundi 8 mai

Accès gratuit

Une exposition de Marion Pinaffo et Raphaël Pluvinage, duo lauréat Audi talents awards 2016 dans la catégorie Design

Les objets de notre quotidien sont animés par des forces que nous ne comprenons pas toujours (le fonctionnement d’une onde, d’un capteur, d’un programme), des forces qui installent magie et mystère au cœur de nos appareils monolithiques. Toutes ces boîtes noires s’empilent et alors que les découvertes sont de plus en plus complexes et impressionnantes, les technologies se font paradoxalement de plus en plus petites et tendent à disparaître. Aujourd’hui celles-ci nous entourent, mais semblent pourtant invisibles, inaccessibles et intangibles.

Marion Pinaffo & Raphaël Pluvinage partent à la découverte de ce monde de l’infiniment petit. Les niveaux de lectures sont multiples. Par l’intermédiaire du jeu, le duo nous invite à questionner le monde qui nous entoure, ses mutations et leurs impacts sur nos modes de vies.

Cette recherche s’incarne dans six projets développés dans le cadre du programme Audi talents awards. Les deux premiers projets seront présentés lors de l’exposition organisée au musée des Arts Décoratifs pendant les D’Days.

Papier Machine : le secret des boîtes noires

Ce premier projet est composé d’un cahier rassemblant une famille de treize jouets électroniques en papier, prêts à être coupés, coloriés, pliés, assemblés ou déchirés. Sérigraphiés avec des encres aux différentes propriétés électriques, ces jouets démontrent que derrière la magie de nos machines, se cache un monde de matières, de formes, de couleurs, d’histoires et même d’odeurs.

Papier Machine : Arcade Room

Dans ce second projet, l’électronique devient surface. Quatre grands formats en papier, installés du sol au plafond, résonnent sous l’action des visiteurs. Ces derniers se retrouvent plongés au cœur d’un monde énigmatique à actionner, ou textures graphiques et sonores se répondent.

A partir de mai, le duo dévoilera périodiquement les quatre autres projets, qui chacun à leur manière, continueront de se jouer de la complexité technologique.

Galerie

En lien